Pétra

Fondateurs de l'une des plus belles civilisations d'origine arabe, les Nabatéens de Pétra (en grec, la "pierre") seraient issus d'une tribu venue nomadiser vers le VIIe siècle avant notre ère, au sud du royaume d'Edom avant de s'y installer. Leur utilisation du chameau comme moyen de transport ainsi que leur connaissance de l'irrigation en environnement désertique sont à l'origine de leur réussite. Peu nombreux, pacifiques, les Nabatéens s'appliquèrent à louvoyer entre les puissances de leur époque. Entre Orient et Occident, entre mer Rouge et Méditerranée, Pétra fut certainement l'une des cités les plus cosmopolites du monde antique.

Tout en détours sinueux, parfois rétréci à 2m, le Sîq ("défilé" d'accès) est enfermé entre deux murailles de 100 m de hauteur, rarement touché par les rayons du soleil ; il laisse apparaître par endroits, les restes de la voie pavée nabatéenne puis, romaine. Au bout de 1300 m, on arrive à Al-Khazneh.

Al-Khazneh (le "trésor") doit son nom aux Bédouins qui croyaient que son urne sommitale renfermait le trésor d'un pharaon.

Au-delà du Khazneh, le Sîq s'élargit. Entre deux parois parfois creusées de sépulcres et de tombeaux, il conduit au théâtre. En face de l'hémicycle, le groupe des tombes royales a été taillé dans la falaise ouest de la colline de El-Khubta. Il présente plusieurs niveaux de tombeaux superposés, accessibles par un grand escalier. On suppose que les tombes renfermaient les restes de grands personnages nabatéens.

 

 

Les chèvres et le café

Charmer une chamelle