Marrakech

"Au crépuscule, je me rendis sur la grande place au centre de la ville et ce que j'y cherchais n'était ni son pittoresque ni son agitation que je connaissais déjà bien.

J'étais à la recherche d'un amas brun sur le sol, qui n'avait même pas de voix et qui n'émettait qu'un seul son. Un profond, un interminable murmure : ä, ä, ä, qui ne diminuait pas, ni ne grandissait, mais jamais ne s'arrêtait et derrière les milliers d'appels et de cris de la place, on pouvait toujours le percevoir." (extrait de Elias Canetti, Les Voix de Marrakech)

 

 

Les chèvres et le café

Charmer une chamelle